Articles les plus lus

Voir plus Prev Next

Préparez-vous à vivre dans une maison passive !

La maison passive dépense très peu d’énergie, mieux elle recycle cette énergie. Aujourd’hui, elle n’est pas encore bien présente en France mais sa généralisation sera effective à partir de 2020 avec l’arrivée d’une nouvelle réglementation. Celle-ci va tenter de réduire la consommation d'énergie des bâtiments et de lutter contre la précarité énergétique.

Maison-passive

Maison passive : on vous dit tout

Un label allemand, pays duquel provient le principe évoqué, certifie les maisons passives. Il s’agit du label Passivhaus. Pour obtenir cette certification, le logement doit avoir : 

  • une étanchéité n50 < 0,6 /h, 
  • une consommation d’énergie primaire inférieure à 120 kWh/m²/an
  • un besoin en chauffage inférieur à 15 kWh/m²/an. 

Ce type de logement est donc bien moins gourmand en énergie que la maison bioclimatique (entre 40 et 50 kWh/m²/an), la maison basse consommation (50 kWh/m²/an) ou la maison THPE (88 kWh/m²/an).

La maison passive est également nommée « maison sans chauffage » car la température à l’intérieur reste la même toute l’année, c’est-à-dire entre 21 et 22°C en moyenne. Comment ? Grâce à sa ventilation et à l'énergie solaire. La chaleur dégagée par les appareils et les occupants est conservée à l’intérieur du logement grâce à la performance de son isolation thermique.

Plus fort encore, les bâtiments passifs peuvent acquérir une énergie positive. C’est le cas lorsqu’ils produisent plus d’énergie (chaleur, électricité) qu'ils n’en consomment.
 

Quels travaux dois-je effectuer pour avoir une maison passive ?

Il existe une myriade de bons procédés pour avoir une maison passive ou à énergie positive. Pour parvenir à une consommation d’énergie nulle, la question de l’isolation doit être réfléchie en amont de la construction ou lors de la rénovation du logement. Les menuiseries KparK s’inscrivent dans cette démarche, avec des fenêtres et des portes étudiées pour une isolation optimale. 

Les règles de la maison passive :

  • privilégier l’éclairage à détection et à LED,
  • avoir une isolation thermique renforcée,
  • récupérer les eaux pluviales,
  • orienter sa maison ou placer ses pièces de vie vers le Sud pour bénéficier des apports solaires,
  • construire sa maison avec des volumes compacts pour diminuer la surface à isoler,
  • récupérer 75% de la chaleur de l’air sortant pour réchauffer l’air entrant avec un système de ventilation double flux avec échangeur de chaleur,
  • récupérer la chaleur des eaux sales sortantes pour préchauffer les eaux ou bien l’air entrant,
  • installer un échangeur air-sol, connu aussi sous le nom de puits canadien, qui permet de récupérer la chaleur plus constante du sous-sol,
  • construire le bloc béton en pierre ponce qui est le meilleur matériau pour isoler ses murs tout en respectant l’environnement. La pierre volcanique est très légère et accepte tout type de peinture et papier peint,
  • le solaire passif : l'énergie est captée par les parties vitrées selon l'orientation de la maison. L’énergie solaire est gardée pour chauffer l'eau ou pour produire de l'électricité,
  • partager l’énergie excédentaire avec son voisinage et vice versa. Un quartier passif, vous en dites quoi?
  • installer des panneaux solaires,
  • installer une éolienne.

En mettant en application ces consignes, la maison passive n’est plus réservée aux constructions neuves.

Focus sur la réglementation thermique de 2020

La réglementation thermique 2020 (RT2020) prévoit que tous les nouveaux logements construits dès 2020 seront obligatoirement à énergie positive ! 
Le concept part sur des réglementations d'objectifs, c’est-à-dire que peu importe la conception, le seul objectif sera d’obtenir une consommation énergétique en-dessous d’un certain seuil. 

Actuellement, la RT2012 demande à ce que les nouvelles constructions accueillent au minimum une énergie renouvelable : utilisation de capteurs solaires thermiques pour produire de l’eau chaude, poêle ou chaudière à bois, panneaux photovoltaïques pour produire de l’électricité, raccord à un réseau de chaleur alimenté par des énergies renouvelables à au moins 50 %. 

Les derniers articles de la section Je m'évade

Suivez KparK